CIAFT

Collaboration du CIAFT au dernier article publié dans la Gazette des femmes portant sur le travail des aides auxiliaires familiales (31 janvier 2017) 

Auxiliaires familiales du secteur public, assistantes à la personne qui travaillent pour les entreprises d’économie sociale, même en aide domestique, travailleuses d’agences de placement de personnel, ce sont toutes des femmes qui s’occupent des personnes âgées, malades, vivant avec un handicap ou en perte d’autonomie, et ce dans un contexte de vieillissement de la population et de volonté gouvernementale de garder les gens dans leur milieu de vie.  Mais quelles sont leurs conditions de travail actuellement, alors qu’elles sont mises en concurrence dans les processus d’octroi de contrats publics? (Lire l’article)


Lancement du portrait des Femmes de métiers dans le secteur minier au Québec et d’un guide à l’intention des employeurs (23 novembre 2016) 

acs-femmes-metiers-mines-qc_imageDans le cadre du projet «Femmes de métiers dans le secteur minier», soutenu financièrement par Condition Féminine Canada, le CIAFT a mené une étude intitulée Femmes de métiers dans le secteur minier. Un portrait, les principaux défis et des pistes d’action pour l’industrie québécoise ainsi qu’un Guide des bonnes pratiques de l’industrie minière pour favoriser l’intégration des travailleuses. La version web a été développée par le CSMO Mines sur leur site Explorelesmines.com, section Employeurs, Outil de gestion des ressources humaines, « mixité du personnel ». Le lancement eut lieu dans le cadre du Congrès Québec 2016 en présence du CSMO Mines et de l’association minière du Québec ainsi que de nombreux partenaires de l’industrie.image_guide2_papier

NOUVEAU! Le Guide des bonnes pratiques de l’industrie minière pour favoriser l’intégration des travailleuses est maintenant disponible en format PDF. (Consulter le document)

 


Conférence de Karen Messing sur les souffrances invisibles des travailleuses  (18 novembre 2016)

Les souffrances invisiblesLe CIAFT vous convie à une matinée publique exceptionnelle avec la professeure émérite Karen Messing, ergonome et auteure du livre Les souffrances invisibles : pour une science du travail à l’écoute des gens.

En ce vingtième anniversaire de la Loi sur l’équité salariale qui oblige les entreprises à évaluer sans biais sexistes les différentes caractéristiques des emplois féminins et à les rémunérer de façon équitable, la parution du livre de Mme Messing tombe à point dans notre analyse des enjeux touchant le travail des femmes dans notre société. Karen Messing est une pionnière extraordinaire qui a consacré sa vie à la santé des travailleuses et des travailleurs et à « l’invisible qui fait mal ». Venez l’entendre parler de ses recherches passionnantes et discuter des revendications et mobilisations renouvelées à imaginer pour des milieux de travail sains et égalitaires!


Étude statistique sur les femmes et le marché du travail mise à jour et campagne du CCF pour rappeler que « La discrimination systémique en emploi perdure! » (12 septembre 2016)

Le Comité consultatif femmes en développement de la main-d’oeuvre (CCF) lance une campagne virale sur le thème « La discrimination systémique en emploi perdure! ». Du 12 au 30 septembre, le CCF diffusera sur les réseaux sociaux des vignettes qui illustrent diverses facettes de la situation des femmes sur le marché du travail au Québec: le taux d’activité, l’écart salarial entre les femmes et les hommes, la ségrégation professionnelle, le travail familial non rémunéré, les groupes de femmes doublement discriminées en emploi, la situation économique des femmes à la retraite, etc.

https://ccfemme.files.wordpress.com/2016/09/image_scre.jpg?w=196&h=256

Cette campagne fait suite au lancement de la mise à jour de l’étude réalisée par l’économiste Ruth Rose « Les femmes et le marché du travail au Québec : portrait statistique, 2e édition, 2016 »

 


Régime de pensions du Canada : les ministres des Finances ne font rien pour les femmes à revenu modeste. (21 juin 2016)

retraites_avenir___copie

L’entente pour une amélioration du Régime de pensions du Canada (RPC) signée par les ministres des Finances le 20 juin ne donnera pas grand chose pour la grande majorité des femmes canadiennes» affirme

Mélanie Sarrazin, présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ). « L’amélioration prévue est tellement modeste que pour la personne qui gagne le salaire moyen des femmes canadiennes, soit un peu plus de 41 000$, la pension augmentera d’environ 3 300$ et cela après 40 années de cotisations. De plus, le plus gros de cette augmentation aura seulement pour effet de réduire le Supplément de revenu garanti. Il en restera qu’une augmentation d’environ 1 600 $.

Nous avons demandé que le taux de remplacement du revenu passe de 25% à 50% pour que l’ensemble de la classe moyenne puisse maintenir son niveau de vie après la retraite au moyen des régimes publics. Les régimes publics sont plus efficaces et plus équitables que l’épargne individuelle » renchérit Nathalie Goulet, du Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT). « Les ministres des Finances ne sont même pas allés aussi loin que le 40 % prévu pour le Régime de l’Ontario. Ils sont même en deçà du 35 % qui semblait avoir fait le consensus des ministres des Finances en 2013 et qui avait été bloqué par le gouvernement Harper. » Pour lire le communiqué.