Accueil

Actualités 2017

Stratégie d’égalité entre les femmes et les hommes : peu de moyens concrets! (29 juin 2017)

StrategieEgalite_Vers2021Les membres du G13, la table de concertation de plus de vingt groupes et regroupements provinciaux féministes œuvrant pour les droits et l’égalité de toutes les femmes, réservent un accueil plutôt mitigé à la Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes dévoilée aujourd’hui par la ministre responsable de la Condition féminine, Mme Lise Thériault. En effet, l’approche de financement par projets proposée dans la stratégie pour reconnaître et consolider l’expertise des groupes de femmes ne garantira pas leur pérennité à long terme. Depuis quelques années, nous sommes confrontés à une diminution du soutien du travail de recherche, de défense des droits et de promotion de l’égalité. De plus, le changement du financement des groupes autonomes de femmes a un impact sur les choix démocratiques et autonomes des organisations.  Par ailleurs, la Stratégie proposée favorise davantage le changement des femmes elles-mêmes que le changement de la société. Selon, la ministre Rita de Santis, responsable de l’Accès à l’information et de la Réforme des institutions démocratiques, qui était présente au lancement, « la femme doit assurer son propre bonheur ». Le communiqué.


Visite de la Fédération des femmes de Shanghai (20 juin 2017)

DelegationShanghai_21juin2017À l’initiative du Conseil des Montréalaises, le CIAFT a eu l’honneur aujourd’hui d’accueillir à la Maison Parent-Roback à Montréal une délégation de la Fédération des femmes de Shanghai et de représentantes des services sociaux à l’enfance nationaux et régionaux chinois. Les femmes présentes ont posé de nombreuses questions sur le Régime québécois d’assurance parentale, sur le système de centres à la petite enfance et sur les normes minimales du travail en vigueur au Québec. Une rencontre passionnante.


Collaboration au dernier article de la Gazette des femmes sur le travail des aides auxiliaires familiales (31 janvier 2017)

Asoins_domicile.jpguxiliaires familiales du secteur public, assistantes à la personne qui travaillent pour les entreprises d’économie sociale, même en aide domestique, travailleuses d’agences de placement de personnel, ces femmes s’occupent des personnes âgées, malades, vivant avec un handicap ou en perte d’autonomie, dans un contexte de vieillissement de la population et de volonté gouvernementale de garder les gens dans leur milieu de vie.  Mais quelles sont leurs conditions de travail actuellement, alors qu’elles sont mises en concurrence dans les processus d’octroi de contrats publics? Voir l’article.


Lancement du portrait des Femmes de métiers dans le secteur minier au Québec et d’un guide à l’intention des employeurs (23 novembre 2016)

acs-femmes-metiers-mines-qc_imageimage_guide2_papierDans le cadre d’un projet soutenu par Condition Féminine Canada, le CIAFT a mené une étude intitulée Femmes de métiers dans le secteur minier. Un portrait, les principaux défis et des pistes d’action pour l’industrie québécoise et produit un Guide des bonnes pratiques de l’industrie minière pour favoriser l’intégration des travailleuses. La version web du guide a été développée par le CSMO-Mines. Le lancement eut lieu lors du Congrès Québec Mines en présence du CSMO-Mines, de l’Association minière du Québec ainsi que de nombreux partenaires de l’industrie.


Équité salariale: le gouvernement doit réviser sa loi pour le bénéfice de toutes les femmes (21 novembre 2016)

20ansEquitéSalarialeAfficheCSNÀ l’occasion du 20e anniversaire de la Loi sur l’équité salariale, la CSN et le Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT) ont interpellé le gouvernement sur les modifications législatives qui s’imposent afin que toutes les femmes puissent concrètement accéder à une réelle équité salariale.  « Cette loi historique transfère à l’employeur le fardeau de démontrer que sa structure de rémunération est exempte de discrimination à l’égard des emplois majoritairement occupés par des femmes », a souligné la vice-présidente de la CSN, Francine Lévesque. Mais plusieurs lacunes demeurent, comme le fait que 76 % des entreprises établies au Québec (représentant 20 % de la main-d’œuvre) ne sont pas visées parce qu’elles n’atteignent pas le nombre de 10 salarié-es requis, celui que des femmes travaillant en milieu exclusivement féminin n’ont pas eu droit à la rétroactivité de leurs correctifs au 21 novembre 2001, ou le fait que les employeurs ont toute la latitude pour procéder unilatéralement à l’évaluation du maintien de l’équité salariale. « Même si elles ont des obligations légales, environ 16 % des entreprises visées par la loi n’ont toujours pas réalisé un programme d’équité salariale alors qu’elles auraient au départ dû le faire pour le 21 novembre 2001, c’est-à-dire il y a exactement 15 ans », enchaîne Nathalie Goulet, directrice du CIAFT. Dans les milieux non syndiqués qu’elle connaît bien, l’exercice de maintien est encore plus difficile à réaliser. « Les travailleuses ont du mal à faire valoir leurs droits, car elles sont moins bien organisées et ne sont pas protégées par la procédure de griefs des milieux syndiqués. Malheureusement, le gouvernement nous a coupé du financement alors que nous nous occupions de former les travailleuses en milieux non syndiqués à l’exercice complexe de l’équité salariale. Le gouvernement doit prendre en compte les exclues de l’équité. Après tout, il est question ici d’un droit fondamental», souligne-t-elle. Voir le communiqué.


Conférence de Karen Messing sur les souffrances invisibles des femmes au travail  (18 novembre 2016)

Les souffrances invisiblesLe CIAFT vous convie à une matinée publique exceptionnelle avec la professeure émérite Karen Messing, ergonome et auteure du livre Les souffrances invisibles : pour une science du travail à l’écoute des gens.  En ce vingtième anniversaire de la Loi sur l’équité salariale qui oblige les entreprises à évaluer sans biais sexistes les différentes caractéristiques des emplois féminins et à les rémunérer de façon équitable, le livre de Mme Messing tombe à point dans notre analyse des enjeux touchant le travail des femmes dans notre société. Karen Messing est une pionnière extraordinaire qui a consacré sa vie à la santé des travailleuses et des travailleurs et à « l’invisible qui fait mal ».


Campagne du Comité consultatif Femmes sous le thème La discrimination systémique en emploi perdure!  (12 septembre 2016)

Le Comité consultatif femmes en développement de la main-d’oeuvre (CCF), dont le CIAFT est mandataire, lance une campagne virale sur le thème La discrimination systémique en 1-1emploi perdure!  Du 12 au 30 septembre, le CCF diffusera sur les réseaux sociaux des vignettes qui illustrent diverses facettes de la situation des femmes sur le marché du travail au Québec: le taux d’activité, l’écart salarial entre les femmes et les hommes, la ségrégation professionnelle, le travail familial non rémunéré, les groupes de femmes doublement discriminées en emploi et la situation économique des femmes à la retraite.  Cette campagne fait suite au lancement de la mise à jour de l’étude réalisée par l’économiste Ruth Rose, Les femmes et le marché du travail au Québec : portrait statistique, 2e édition, 2016.


Régime de pensions du Canada : les ministres des Finances ne font rien pour les femmes à revenu modeste (21 juin 2016)

retraites_avenir___copie

Dans un communiqué paru aujourd’hui, 19 regroupements et groupes nationaux du mouvement des femmes québécois publient un communiqué pour dénoncer la timidité des changements apportés hier au RPC.  «L’entente pour une amélioration du Régime de pensions du Canada (RPC) signée par les ministres des Finances le 20 juin ne donnera pas grand-chose pour la grande majorité des femmes canadiennes», affirme Mélanie Sarrazin, présidente de la Fédération des femmes du Québec.  «L’amélioration prévue est tellement modeste que, pour la personne qui gagne le salaire moyen des femmes canadiennes, soit un peu plus de 41 000$, la pension augmentera d’environ 3 300$ et cela après 40 années de cotisations. De plus, le plus gros de cette augmentation aura seulement pour effet de réduire le Supplément de revenu garanti. Il n’en restera qu’une augmentation d’environ 1 600 $.  Nous avons demandé que le taux de remplacement du revenu passe de 25% à 50% pour que l’ensemble de la classe moyenne puisse maintenir son niveau de vie après la retraite au moyen des régimes publics. Les régimes publics sont plus efficaces et plus équitables que l’épargne individuelle » renchérit Nathalie Goulet, du Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT). « Les ministres des Finances ne sont même pas allés aussi loin que le 40 % prévu pour le Régime de l’Ontario. Ils sont même en deçà du 35 % qui semblait avoir fait le consensus des ministres des Finances en 2013 et qui avait été bloqué par le gouvernement Harper. » Le communiqué.