Pour des femmes de métiers dans le secteur minier au Québec

Projet soutenu financièrement par Condition Féminine Canada (2014-2017) logo-cfc-cfc-swc-sig

Objectif du projet

Doter le secteur minier et les collectivités du Québec (régions visées : Abitibi-Témiscamingue, Jamésie Eeyou istchee) d’un plan d’action pour favoriser l’augmentation des femmes dans les métiers traditionnellement masculins du secteur minier au Québec.

Description du projet

Dans le contexte du développement nordique, ce projet vise à mobiliser les principales parties intéressées (institutions, employeurs, organismes sectoriels, associations professionnelles, centres de formation et collectivités locales, notamment autochtones) pour les engager dans des efforts sectoriels afin d’encourager une présence accrue de femmes dans les métiers et postes de production.

Ces dernières années, la proportion de femmes dans le secteur minier, au Québec comme au Canada, se situait autour de 17%. La présence de travailleuses est bien moindre des métiers et postes de production (moins de 4%) « sur le terrain » tels que les mineuses d’extraction, manoeuvres des mines, etc.

D’abord, plusieurs ont fait remarquer que le développement du Nord québécois et le développement de l’industrie minière plus particulièrement, n’ont pas fait l’objet d’une analyse différenciée selon les sexes. Or, les métiers qui seront les plus en demande au cours des 10 prochaines années dans l’industrie minière au Québec sont tous majoritairement masculins; entre 0% et 16% de femmes les occupent selon le CSMO Mines et IMT. Sans aucune mesure spécifique, rien ne nous assure que, d’une part, les femmes pourront profiter du potentiel des projets nordiques créateurs d’emplois, notamment dans le secteur minier et de la construction. D’autre part, les minières ne réussiront pas à attirer les travailleuses talentueuses des régions-ressources pour pourvoir les postes rendus disponibles à la suite des nombreux départs à la retraite attendus et des besoins de main-d’œuvre croissants annoncés par les nouveaux projets d’exploitation minière. En fait, le faible de bassin de travailleuses qualifiées dans l’industrie s’explique, entre autres, par les choix professionnels des femmes qui sont aujourd’hui encore peu nombreuses à se diriger vers les programmes de formations professionnelles menant au secteur minier.

Grâce au renforcement des partenariats stratégiques dans deux régions phares du développement minier québécois (la Jamésie Eeyou istchee et l’Abitibi-Témiscamingue), il a été possible de produire un plan d’action par et pour le secteur minier. Ce plan d’action a émergé des concertations locales et nationale qui ont favorisé l’émergence et le renforcement d’initiatives durables au sein de l’industrie. Ensemble, les acteurs de l’industrie ont identifié leurs priorités d’action et partagé leurs approches novatrices créant ainsi des occasions prometteuses pour les femmes de métiers qui souhaitent intégrer le secteur minier au cours des prochaines années.

Groupe coordonnateur du projet : Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT)

Partenaires dans la mise en oeuvre du plan d’action sectoriel (2016-2017)
Projet coordonné par le CIAFT en partenariat avec le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie minière (CSMO mines), l’Association minière du Québec (AMQ), l’Institut national de mines du Québec (INMQ), le Comité condition féminine Baie-James (CCFBJ) ainsi que des minières qui se sont engagées à poser des actions concrètes : Mine Casa Berardi (Hecla Québec), Mine Westwood (Iamgold), Mine Raglan (Glencore), Mine Canadian Malartic (Agnico Eagle/Yamana Gold) ainsi que la Fonderie Horne (Glencore).

Résultats prévus

  • Élaboration d’un plan d’action pour le secteur minier qui offre aux femmes de la collectivité des occasions de prospérer dans les secteurs traditionnellement masculins.
  • Les parties intéressées connaissent les obstacles à la prospérité des femmes dans les secteurs traditionnellement masculins
  • Les partenaires communautaires et les parties prenantes collaborent pour maximiser les occasions propices à l’avancement des femmes dans les secteurs traditionnellement masculins.
  • Les parties intéressées ont pris des mesures stratégiques dans le secteur minier pour y encourager un renforcement de la présence des femmes dans les professions traditionnellement masculines.

Principales réalisations (2014-2017)

An 1
Création et renforcement de partenariat de travail entre les partenaires principaux du projet et production d’une étude d’évaluation des besoins incluant une analyse comparée selon le sexe (ACS)

  • Ce portrait des femmes de métiers dans le secteur minier québécois a été présenté aux Congrès Xplor et Québec Mines 2015.
  • Une version synthèse de l’étude a été publiée à l’automne 2016.acs-femmes-metiers-mines-qc_image

l’étude  Femmes de métiers dans le secteur minier. Un portrait, les principaux défis et des pistes d’action pour l’industrie québécoise

 

 

An 2
Élaboration d’un plan d’action pour le secteur minier en collaboration avec les partenaires de l’industrie

  •  Sur la base du portrait-diagnostic, des défis prioritaires ont été identifiés par l’industrie lors de l’évènement « Femmes et mines : créons ensemble un plan d’action pour le Québec», organisé à  Québec Mines le mardi 24 novembre 2015.
  • Afin d’élaborer des stratégies d’action concrètes pour relever les défis prioritaires identifiés par l’industrie, une rencontre des partenaires du projet (organismes chapeautant le secteur minier, organismes régionaux et centres de formation) a été organisée avec les compagnies minières de l’Abitibi-Témiscamingue et de Jamésie Eeyou itchee le mercredi 9 mars 2016, à Val-d’Or.
  • Un plan d’action sectoriel a été créé avec les partenaires de l’industrie. (Consulter le plan; p. 57 à 61)

An 3
Mise en œuvre du plan d’action par les partenaires de l’industrie minière du Québec afin de favoriser le recrutement, l’accueil, l’intégration et le maintien en emploi des femmes de métiers dans le secteur minier.

  • Le comité de mise en œuvre du plan sectoriel, composé des entreprises minières qui se sont engagées à réaliser au moins une action d’ici le printemps 2017 ainsi que des organismes chapeautant le secteur minier et d’un acteur régional de la Jamésie se sont rencontrés le 14 juin, le 27 octobre 2016 ainsi que le 13 février 2017 afin de partager leurs bonnes pratiques et les outils développés pour favoriser l’intégration et au maintien en emploi des femmes.
  • Dans le cadre du congrès Québec Mines 2016, en présence du CSMO mines et de l’Association minière du Québec (AMQ) ainsi que des partenaires de l’industrie, eut lieu le 23 novembre 2016 le lancement  du:

image_guide2_papier

guide-web

Les suites du projet (pérennité)

  • La concertation des acteurs de l’industrie minière sur l’intégration des travailleuses se poursuivra dans le cadre des réunions du comité ressources humaines de l’Association minière du Québec (AMQ). Pour plus d’information, contactez Katie Deneault (Directrice, Service-conseil en ressources humaines et développement de la main-d’oeuvre).
  • Le guide des bonnes pratiques pour favoriser l’intégration des travailleuses sera mis à jour grâce à la collaboration étroite de l’AMQ et du CSMO Mines. Ce dernier assure l’hébergement et la promotion du Guide web. Si vous avez des outils ou bonnes pratiques à partager, contactez Audrey Saint-Pierre (Chargée de projets – logistique et communication au CSMO Mines).
  • En plus de l’intégration des travailleuses, l’AMQ s’engage dans son plan stratégique 2016-2020 à travailler sur la promotion des métiers et carrières d’avenir dans le secteur minier afin qu’augmente le bassin de travailleuses et travailleurs de l’industrie.

 

Projet coordonné par Roxanne Milot (2014-2017)

Pour plus d’information

Nathalie Goulet,  ngoulet@ciaft.qc.ca

Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT)
Téléphone: (514) 954-0220 poste 1702 / Télécopieur (514) 954-1230